Adèle d’Affry, dite « Marcello » écrivaine et sculptrice suisse, entre cour et bohême

Grille des
 Programmes
 et Podcasts


Nos Reportages

L'affiche suisse
 du XXIe Siècle


Actions culturelles

Archives
 programmes


Qui sommes-nous?

On en parle...

 
     

Adèle d’Affry,
dite « Marcello »

écrivaine et sculptrice suisse, entre cour et bohême

Qui se cache derrière « Marcello » ? Une sculptrice suisse de talent, amie de Manet et Berthe Morisot, fréquentant le couple impérial du Second Empire. Une femme énergique et libre, dont l’œuvre nous est présenté jusqu’en au 04 juin au Château de Penthes, à Pregny-Chambésy.

Adèle d’Affry, duchesse de Castiglione Colonna, c’est son nom, est bien née, issue d’une famille d’hommes politiques et de militaires de la noblesse fribourgeoise. Elle choisit de s’affranchir des conventions pour s’assurer un succès artistique qu’elle voulait voir reconnu loin des convenances, raison pour laquelle elle prit un pseudonyme masculin. Son abondante correspondance en fait aussi une écrivaine et une observatrice de talent, que l’on redécouvre désormais, après plus d’un siècle d’oubli.

Portrait de l’artiste avec l’historienne Monique von Wistinghausen, son arrière-arrière-petite-nièce et la gardienne du domaine familial toujours visitable à Givisier (Fribourg).

Interview : Jean Musy
Réalisation technique : Cyril Cailliez


Monique Von Wistinghausen
/DR/ Jean Musy 2016



Vendredi 27 mai 2016


Sciences et Culture

Adèle d’Affry, dite « Marcello »
écrivaine et sculptrice suisse, entre cour et bohême

avec l’historienne Monique von Wistinghausen,
arrière-arrière-petite-nièce de Marcello
et gardienne du domaine familial